Vous retrouverez ici les expositions thématiques qui ont fait la une en page d’accueil

1. La mer

Baie de Cannes

Vers l’Estérel

Ile Grande

La côte sauvage

Beg Leger

Plage de Goas Lagorn

La houle

Ile Grande

Filets

Sur le port de Locquémeau

L'épave

Sur le Leguer (Lannion)

Voiliers

Sur la plage de Bray Dunes

Juste avant l'orage

Petit-Fort Philippe

Le phare

Petit Fort Philippe

Baie de Somme

Le Hourdel

Coquillages

Plage de Zuydcoote

Contre-jour

Oye Plage

Vieux gréement

Grand Fort Philippe

Chalutier

Port de Locquémeau

2. Printemps

Aubépine

Prunellier

Jacinthes

Violettes

Ancolies

Saule

Saules

Cornouiller male

Bourgeons

Erable du Japon

Magnolia

3. Valloires : abbaye et jardins

4. Automne

Asters

Vigne vierge

Erable

Viorne

Eglantier

Aubépine

Fusain européen

Pommes

Champignons

Hêtre

Feuilles mortes

Chataigne

5. Lille : patrimoine

La Grand' Place à Noël

Grand' Place

Grand' Place

Place de l'Opéra

Place de l'Opéra

L'opéra

Opéra, soir de spectacle

Palais Rihour

Maisons du Vieux-Lille

Galerie dans le Vieux-Lille

Hospice Comtesse

Chapelle de l'Hospice Comtesse

ND de la Treille : rosace

ND de la Treille - détail façade

ND de la Treille - portail

Hospice Gantois

Porte de Paris et Beffroi de l'Hôtel de Ville

Palais des Beaux-Arts

Palais des Beaux Arts - reflets

La citadelle (Vauban): Porte Royale

6. Art contemporain : expos janvier 2016

Cliquer sur l’image ci-dessous pour voir le web-doc ou cliquez sur ce lien pour ouvrir un nouvel onglet.

La consultation du web doc se fait en déroulant la page avec l’ascenseur vertical ou la roulette de votre souris.

Art moderne et contemporain

7. Mémoire de la Grande Guerre

1914-18 dans le Nord

Cliquer sur l’image ci-dessous pour voir le web-doc ou cliquez sur ce lien pour ouvrir un nouvel onglet.

La consultation du web doc se fait en déroulant la page avec l’ascenseur vertical ou la roulette de votre souris.

8. Diapos anciennes

J'ai commencé à scanner mes diapos... en voici quelques-unes
Retour vers le passé...

9. Photos anciennes

Je viens de scanner la collection familiale de photos anciennes pour la mettre à la disposition de ma famille. Au delà de l’usage familial, certaines photos sont intéressantes car elles sont belles ou emblématiques d’une époque. je les ai donc réunies dans une galerie virtuelle.

Photos de famille

10. Représentations de la musique dans la peinture du XXème siècle

Un webdoc réalisé dans le cadre du MOOC "Une brève histoire de l'art". Cliquez sur l'image ci-dessous pour voir le webdoc. Le consulter en déroulant la page.
Musique et peinture au 20ème siècle

11. "De Picasso à Séraphine. Wilhem Uhde et les primitifs modernes"


Une exposition au LAM (Lille Métropole, musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut) 2017-18


Collectionneur, marchand et critique d’art, Wilhelm Uhde a été l’un des premiers amateurs du cubisme, avant de se battre pour la reconnaissance de ceux qu’il nomma les «primitifs modernes» : André Bauchant, Camille Bombois, Séraphine Louis, Henri Rousseau, Louis Vivin, entre autres. En suivant le parcours d’Uhde, depuis sa rencontre avec Picasso jusqu’à  sa découverte de Séraphine Louis, le LaM met en lumière une sélection d’oeuvres étonnantes provenant d’importantes collections publiques et privées, françaises et internationales.

Wilhelm Uhde est né en Allemagne en 1874. Juriste de formation, il se fixe à Paris en 1904 pour se consacrer à sa véritable passion, l’art d’avant-garde. Il assiste à la naissance du cubisme chez Picasso et Georges Braque et prend la défense du peintre Henri Rousseau, dit le Douanier. Installé à Senlis en 1912, il découvre avec fascination les travaux de sa femme de ménage, Séraphine Louis, et entreprend de la faire connaître dans le cercle des amateurs d’art. Mais la déclaration de guerre l’interrompt dans sa lancée : citoyen allemand, donc ennemi, il quitte précipitamment la France, et sa collection est saisie, puis vendue. De retour en France au milieu des années 1920, désargenté, il se consacre pleinement à la reconnaissance de ceux qu’il nomme d’abord les «peintres du Coeur-Sacré», puis les «primitifs modernes». C’est ainsi qu’il désigne ceux qu’on appelle aujourd’hui, faute d’un meilleur terme, les peintres naïfs : André Bauchant, Camille Bombois, Séraphine Louis, qu’il retrouve en 1927, Henri Rousseau et Louis Vivin. Si le consensus n’a jamais été trouvé pour qualifier les oeuvres de ces peintres autodidactes, de nombreuses personnalités acquises à l’avant-garde les ont attentivement regardées : Wilhelm Uhde, bien sûr, et d’éminents collectionneurs parmi lesquels, en première ligne, Roger Dutilleul, à l’origine de la collection d’art moderne du LaM.

Entre le rappel à l’ordre des années 1920 et l’invention de l’art brut dans les années 1940, «l’art naïf» joue un rôle équivoque et peu étudié. A travers l’exposition De Picasso à Séraphine, Wilhelm Uhde et les Primitifs modernes, le LaM se penche sur ce champ artistique souvent négligé et méconnu.

(Source : site du LAM)

Voir mes photos du LAM sur Flickr

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Full screenExit full screen
Slider

12. Palais des Beaux Arts de Lille

Voici une sélection des peintures du département Peintures du XVIème au XXIème siècle.

N’hésitez pas à passer les diaporamas en plein écran, en cliquant sur l’icone à droite !

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Full screenExit full screen
Slider

.

Et un aperçu du département sculptures…

.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Full screenExit full screen
Slider

13. Hospice Comtesse Lille

L’Hospice Comtesse a été fondé au 13ème siècle par Jeanne de Constantinople, Comtesse de Flandres. C’était un hôpital, géré par une communauté de religieuses.  Les bâtiments visibles aujourd’hui sont :

  • la salle des malades, reconstruite au 15ème siècle suite à un incendie,
  • la chapelle, remaniée au 17ème siècle
  • le logement de la Communauté (rez-de-chaussée du 15ème siècle, remanié au 17ème, 1er étage reconstruit au 17ème siècle) et l’aile en façade sur rue (17me siècle)
  • un bâtiment du 18ème sur la cour d’honneur

Le bâtiment de la Communauté, où logeaient les religieuses qui géraient l’hospice et soignaient les malades, présente au rez-de-chaussée une cuisine ornée de carreaux bleus de faïence lilloise (proche de celle de Delft), la salle à manger et sa cheminée monumentale, les appartements de la Prieure, la pharmacie et la lingerie et un escalier à  la rampe de fer forgé et aux murs ornés de faïence. Ces pièces renferment du mobilier ancien, des tableaux et de la vaisselle. Un témoignage de l’opulence des riches appartements « flamands » de l’époque.

L’ancien dortoir de la Communauté abrite des oeuvres et objets qui témoignent de l’art, des sciences, de la vie sociale à Lille aux 16ème, 17ème et 18ème siècles. La ville de Lille a fait partie du Comté de Flandre, puis par le jeu des alliances et mariages, elle a été rattachée au Duché de Bourgogne, enfin aux Pays Bas espagnols et conquise et rattachée à la France en 1667 par Louis XIV. C’était dans ces siècles passés une ville prospère et les collections du musée en témoignent.

Le musée

N’hésitez pas à passer en plein écran pour consulter le diaporama ci-dessous, en cliquant sur le symbole en haut à droite.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Full screenExit full screen
Slider

L’extérieur, la salle des malades et la chapelle

N’hésitez pas à passer en plein écran en cliquant sur le symbole en haut à droite.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Full screenExit full screen
Slider