Séjour Cannois autour d’un déplacement professionnel ; libéré assez tôt dans l’après-midi pour se promener un peu, plus une demi-journée en attendant de retourner prendre l’avion à Nice.

C’est la première fois que je suis sur la Côte d’Azur et à Cannes.

Tout d’abord la lumière : journées d’hiver ensoleillées, ciel pur. Le charme « italien » du Vieux Cannes (Le Suquet), la splendeur des couchers de soleil sur l’Esterel et de son lever sur les Iles de Lérins…

Mais aussi la surprise devant ces petits bouts de plage rikiki et la proximité ville-mer : impossible de se promener en bord de mer sans subir la circulation, et encore, pas trop dense, on est hors saison. Et ces rangées d’immeubles en front de mer. Pour moi qui suis habitué à l’immensité des plages du Nord et aux côtes bretonnes sauvages, choc et déception. Manque aussi le vent, l’odeur, de sel, de varech et le bruit des vagues : calme plat ces trois jours.

Et ce luxe tapageur et indécent : la longue rangée des boutiques de luxe le long de la Croisette, les yachts dans le port, quelques voitures de luxe sur les boulevards… Mais j’ai pu aussi entrapercevoir le Cannes plus populaire des bistrots et des marchés et apprécier la gentillesse des serveurs des restaurants (et me régaler de plats de poissons…)

Bref une impression mitigée… mais Cannes n’est pas toute la Côte d’Azur : je n’ai pas eu le temps d’aller dans l’arrière pays et ailleurs sur la Côte qu’entre le Vieux Port et Palm Beach…

Comme d’habitude, pris quelques photos : voyage en avion sans bagage en soute oblige, je n’avais que mon petit compact avec moi. L’ensemble du reportage est ici.