Cet après-midi lors de ma balade dans un lieu que je connais pourtant par coeur, j’ai eu deux surprises.

Ce petit arbre aux fleurs blanches, perdu parmi d’autres… sans doute une aubépine ou un merisier. Mais non, en y regardant de plus près, les fleurs sont plus grandes et d’une forme particulière. Peut-être un amélanchier ? De retour chez moi, une recherche sur Internet me le confirme. Il est déjà bien grand, il ne vient pas de pousser, j’ai donc dû passer devant souvent sans le voir. Pourtant je me balade toujours le nez en l’air et les yeux grand ouverts !

Un peu plus loin, ce « canard » noir et blanc… Par ici on trouve des colverts en quantité, parfois des tadornes, mais celui-là je ne le connais pas. Je le photographie, on verra sur Internet ce que c’est. La réponse : un fuligule morillon mâle. C’est la première fois que j’en vois ici : se repose-t-il sur la Lys lors de sa migration ou bien restera-il dans notre région ? Une histoire à suivre.

Pour le reste, pas de découvertes : les bords du chemin sont tapissés de lierre terrestre aux petites fleurs mauves ; les caltha des marais sont en fleurs ; les abeilles solitaires volent par centaines au ras du sol, au dessus de leur « bourgade » de trous de ponte. Et les veaux et génisses sont dehors et profitent du soleil et de l’herbe fraiche, comme moi (enfin pour le soleil, pas pour l’herbe !)

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Full screenExit full screen
Slider