J’ai visité hier ma première exposition d’Eldorado, l’événement culturel et festif de « Lille 3000 », consacré cette année au Mexique.

Au Colysée de Lambersart, Julien Salaud expose ses oeuvres et des oeuvres collectives créées sur place avec des bénévoles, sur le thème « Jungle et sentiments ».

Des oeuvres monumentales :

  • « Ceiba » (le fromager) s’étend sur trois étages, des racines à la canopée. Dans les racines (papier et peinture), nagent des poissons de papier maché ; l’arbre se dresse au fond d’un champ de blé et au deuxième étage on peut voir la canopée et un vol multicolore d’aras en papier maché.
  • « Nahual » : une tapisserie monumentale en laine collée présente une divinité aztèque et une multitude d’animaux et de médaillons avec diverses figures (dont un portrait de Frida Kahlo, si on regarde bien).
  • Dans une pièce obscure la lumière noire révèle les couleurs fluo de « Quetzacoatl », le serpent-oiseau.

Et une multitude de dessins et de sculptures naturalistes, faites de papillons, de plumes, d’animaux empaillés.

Vous pourrez avoir un rapide aperçu de mon reportage dans un diaporama en bas de page et vous retrouverez l’ensemble de mes photos du jour dans ma galerie sur Flickr

Julien Salaud (né en 1977, vit et travaille à Lille) est un artiste au parcours atypique. Après des études scientifiques, il se tourne vers l’ethnologie avant de partir vivre plusieurs années en Guyane où il travaille dans la forêt tropicale pour la protection de l’environnement. De retour en France, il s’oriente vers une formation en arts plastiques. En 2010, il est la révélation du 55e Salon de Montrouge et en 2012 il est présenté au Palais de Tokyo à Paris. Après plusieurs expositions en France et à l’étranger, lille3000, en collaboration avec le Colysée, maison Folie de Lambersart, lui donne, dans le cadre d’Eldorado, une véritable carte blanche.

Julien Salaud est un artiste aux inspirations nombreuses qu’il puise notamment dans des réflexions ethnologiques et écologiques qui lient l’Homme et la Nature.

Pour Eldorado, il transforme le Colysée en un temple néo-aztèque, dans lequel s’élèvent des œuvres monumentales. Ces actions esthétiques sont la traduction d’un manifeste artistique nouveau.
Ce temple est consacré à une forme particulière d’écologie humaine basée sur les sentiments et l’imaginaire. Nourri par ses nombreux voyages, notamment en Guyane et dernièrement au Mexique, il a pu y apprendre le poids des sentiments, le pouvoir des légendes et la puissance de l’imaginaire. Depuis plusieurs années, l’artiste travaille des matériaux et des techniques bien connus des peuples amérindiens : perles, plumes, fourrures, nœuds de flèches, tissages… Il s’est récemment tourné vers le travail de la cire, du métal (plomb et étain), du bois, de la paille, du plâtre et de la céramique.

L’exposition Jungle et Sentiments est le fruit de collaborations artistiques et/ou artisanales usant de matériaux naturels et des techniques limitant au maximum les impacts néfastes sur l’environnement. Véritable exposé poétique, Jungle et Sentiments est également un projet communautaire basé sur l’échange de savoirs et de pratiques artisanales puisant dans l’imaginaire de l’artiste et de sa vision de l’Eldorado. Bénévoles, étudiants, volontaires et artistes se sont réunis autour d’un principe simple : « Je prends soin de ce que j’aime », libérant les liens presque sacrés entre l’Homme et la Nature.

Site d’Eldorado

N’hésitez pas à passer en plein écran en cliquant sur l’icone en haut à droite.

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Full screenExit full screen
Slider